Aspects pathologiques de la voie corticospinale

Contenu

Une atteinte de la voie corticospinale, que ce soit suite à un accident vasculaire cérébral (AVC), une tumeur, la sclérose en plaques (SEP) ou encore suite à certaines pathologies dégénératives comme la sclérose latérale amyotrophique (SLA), conduit à un syndrome pyramidal.


Le syndrome pyramidal associe des signes « négatifs » :

  • déficit moteur pouvant conduite à une paralysie (hémiplégie)
  • hyporéflexie tendineuse (transitoire)
  • abolition des réflexes cutanés

et des signes « positifs » :

  • hypertonie spastique ou spasticité, qui est un accroissement du tonus qui touche sélectivement les muscles anti-gravitaires
  • hyperréflexie tendineuse pouvant aller jusqu’au clonus
  • inversion du réflexe cutané plantaire (signe de Babinski (à venir) )

En savoir plus

Le signe de Babinski

Le signe de Babinski est une manifestation anormale du réflexe cutané plantaire. En condition physiologique, la stimulation de la partie externe de la plante du pied, du talon vers les orteils, provoque un fléchissement de ceux-ci.

Une réponse se caractérisant par une extension lente et « majestueuse » du gros orteil parfois accompagnée d’un écartement en éventail des autres orteils, constitue le signe de Babinski.

Il faut cependant noter que si le signe de Babinski est pathognomonique d'une atteinte de la voie corticospinale, il s'observe de manière tout à fait normale chez l'enfant durant sa première année de vie.



En savoir plus

Par opposition, on parle également du syndrome extrapyramidal pour désigner l'ensemble des signes cliniques résultant d’une atteinte du système extrapyramidalLe système extrapyramidal est composé d’aires motrices du cortex cérébral et des noyaux gris centraux (striatum (putamen et noyau caudé), palladium, locus niger, thalamus, noyaux sous-thalamique). Ces structures font partie de circuits neuronaux complexes qui jouent un rôle important dans la régulation des mouvements volontaires..

Les principaux signes cliniques sont les suivant :

  • hypertonie plastique (ou rigidité) touchant les muscles fléchisseurs

  • akinésie (mouvements rares) ou bradykinésie (lenteur des mouvements volontaires)

Le syndrome extrapyramidal est typiquement rencontré dans la maladie de Parkinson.